Nombre total de pages vues

vendredi 24 juillet 2015

LE RITUEL DES ANNIVERSAIRES



Ellie avait la trentaine "pour la cinquième fois". Alors que nous étions tous autour du flamboyant gâteau d’anniversaire à la décoration élaborée, Ellie a confié en chuchotant qu’elle n’était pas sûr de vouloir vraiment une fête d’anniversaire cette année ; qu’elle devenait trop vieille pour une telle célébration" et "après tout qu’y avait-il à célébrer" ? Depuis quelques années, Ellie pensait qu’elle était devenue trop grosse et que le temps lui manquait pour trouver un nouveau mari. Nous avons chanté la chanson d’anniversaire pour faire plaisir à notre chère amie. Ellie a écouté et a dit ensuite à haute voix son souhait d’anniversaire. En éteignant les bougies, Ellie a regardé tous les amis chers et, fourrant la première bouchée de gâteau d’anniversaire dans sa bouche, s’est écriée, "Merci mon Dieu, au moins il y a le chocolat" !

Les rites contemporains d’anniversaires sont encore accompagnés de rituels magiques. Bien qu’ils soient erronés dans leur enchaînement magique, les principes fondamentaux ont survécu. Traditionnellement, à la célébration d’un anniversaire de naissance, il y a un rassemblement d’amis et de famille, et un gâteau d’anniversaire spécial est présenté, avec le nombre de bougies qui correspondent au nombre d’années de vie, plus une bougie "pour continuer". Les souhaits d’anniversaire se font en silence ; la bénéficiaire de l’anniversaire éteint les bougies, et elle doit manger le premier morceau de gâteau. (Dans la véritable ritualie ceci correspond à "recevoir" les bons souhaits des participants en consommant le gâteau). Les cadeaux sont donnés à "la vedette du jour" et elle les ouvre d’habitude en présence des invités.

Tout ceci semble merveilleux, et en effet ça l’est, sauf une omission majeure. Il y a une personne invisible qui partage cet anniversaire. Tous vos anniversaires sont aussi les anniversaires du jour où votre mère "a donné naissance". Quand j’assiste à une fête d’anniversaire où une mère et une fille sont présentes, je me fais un devoir de dire à la mère "Heureux Jour de naissance" ou "Heureux jour de travail". Presque à chaque fois, elle me regarde avec confusion et me dit que ce n’est pas son anniversaire mais celui de sa fille. Je réponds simplement : "C’est votre jour de naissance aussi". C’est délicieux de voir son visage qui s’éclaire quand elle comprend, et pourtant il est triste qu’une chose aussi évidente soit niée dans la célébration la plus commune des sociétés humaines. La plupart des mères, sont extrêmement éloignées du souvenir et de la compréhension consciente qu’elles étaient plus que présentes à cette naissance et que ceci était, et reste, leur jour. Même les femmes qui ont fait un rituel conscient de leur expérience du don de la naissance négligent ce fait important. Malgré tous les discours et la politique entourant "les valeurs de famille", une mère est rarement honorée, fêtée, ou simplement respectée.

Fesser la vedette du jour est un autre rituel courant. Chaque année cumulative de vie est ponctuée par une fessée sur le derrière, commémorant la gifle originelle du médecin sur la chair du nouveau-né. Encore aujourd’hui, la plupart des nouveau-nés émergent du confort de l’utérus de leur mère pour être péniblement giflés. Il a été démontré de façon concluant que c’est complètement inutile de fesser un nouveau-né après la naissance afin qu’il utilise ses poumons et respire. Cette pratique disparaît lentement, surtout avec les alternatives d’accouchement naturel qui incluent un massage du nouveau-né. Peut-être qu’au lieu d’une fessée rituelle pour son anniversaire, "la vedette du jour" aurait droit à un massage.

Tristement, comme mon amie, les femmes apprécient leurs anniversaires seulement jusqu’à un certain âge. Après trente ans, les anniversaires deviennent un jour de haine de soi ou un jour où on ne compte plus comme dans la déclaration, "j’ai 29 ans - encore". Les commentaires désagréables sur l’âge commencent souvent bien avant trente ans. Le message âgiste derrière ces commentaires est que la valeur d’une femme est dans sa jeunesse et sa séduction, selon les normes patriarcales de beauté. Une fois passé un certain âge ("au-delà de la colline"), l’invisibilité est son destin. Les jeunes femmes commencent à mentir sur leur âge et craignent leur anniversaire suivant comme une malédiction au lieu d’une étape bénie sur un chemin où l’on deviendra l’ainée qui détient la sagesse. Le vieillissement devient une chose dont on a honte au lieu d’en être fière. Colorer ses cheveux pour recouvrir le gris et commencer la chirurgie esthétique sont des remèdes courants au "problème" de vieillir pour certaines jeunes femmes approchant la trentaine.

Récemment l’une des femmes les plus âgées de ma communauté a révélé qu’elle avait soixante-dix ans. Elle avait toujours été silencieuse sur son âge, même alors que les autres étaient honorées pour traverser le seuil de la vie. Elle a éprouvé sa déclaration comme une expérience de "libération" et a commencé à réclamer son droit d’être reconnue comme aînée avec fierté.

Voici une suggestion pour améliorer une célébration d’anniversaire. Si votre mère est vivante, pensez à l’honorer ou la remercier de vous avoir emmenée dans le monde. Même si votre relation avec elle est difficile ou lointaine, pensez à une façon de la reconnaître comme l’aurore de votre vie. Envoyez-lui une carte, des fleurs, ou un cadeau avec le message. "Je suis si heureuse d’être née, merci d’avoir rendu cela possible. Joyeux Jour de Naissance à toi Maman" ou simplement "Joyeux Jour de naissance, Maman" ou "Joyeux Jour d’Accouchement, Maman".

Extrait de  Women’s Rites, Women’s Mysteries de Ruth Barrett ( lien http://www.amazon.fr/Womens-Rites-Mysteries-Intuitive-Creation/dp/0738709247

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire