Nombre total de pages vues

mardi 26 mai 2015

RETRAVERSER SON INCARNATION


 

La femme qui aura su se redimensionnée tel que je l’ai expliqué ici : (http://etredivinaufeminin.blogspot.fr/2015/05/la-femme-redimensionnee.html ) devrait solutionner à son propre niveau, la démesure et le poids de sa condition de Femme.


Ce qui est très difficile parce qu’il faut d’un côté régler des opérations formelles et matérielles, et de l’autre s’en détacher et les quintessencier sur un autre niveau. Le piège que représente la gravitation, l’attract gravitationnel vers la forme, la Terre, l’inversion et l’enfer, on y est dès qu’on est incarné dans un corps qui a été fabriqué sous la frontière du mal, suite à un accouchement dans la douleur, dans un plan de condensation hétérogène et de mort par rapport aux véhicules subtils qui sont dans le monde de la conscience-énergie supérieure.

 

Le problème alors, si on a réussi à créer une certaine distance vis-à-vis de la forme, reste la traversée du mal. Celle-ci est d’autant plus difficile que le corps physique se trouve situé en-dessous de la frontière du mal, et il faut avoir à l’intérieur de soi une signature appelée "mental", que l’on pourrait interpréter "ent, en l’intérieur de" et donc à l’intérieur du mal, c'est-à-dire quelque chose qui soit recteur, structurant d’une porte traversant le mal. En effet, il n’y a absolument aucune chance de traverser la porte du mal du dessous vers le dessus, parce  qu’en-dessous du mal, on est mort. Et le mal, qui n’est pas encore mort, va tout faire pour vous empêcher de passer. Quand on est mort, on est dans l’inconscience, donc on n’a aucune conscience. Le mal a une certaine conscience, il est au-dessus des morts. Si vous voulez traverser le mal et si vous voulez vous retirer de la mort qui est en-dessous, je veux dire vous, il faut réussir à passer au-dessus en conscience, surtout à aller jusqu’aux confins de la puissance pour faire le contact avec la beauté-bonté-vérité et avoir en réserve une certaine puissance pour creuser une porte dans le mal.

 

Cette opération est très difficile, parce que c’est très difficile d’avoir de la puissance au-dessus du mal. "Gagner son pain à la sueur de son front", accumuler de la puissance, des réserves d’argent à sa disposition au-dessus, c’est très pénible, très difficile. Mais l’argent n’est qu’un état de l’énergie très abâtardir, et ce n’est pas forcément avec ce type d’énergie qu’on arrivera à négocier le passage de la mort à travers le mal. Il faudra une énergie beaucoup plus qualitative. Cependant, si on regarde la manière dont les gens s’enrichissent sur cette planète, on voit que l’énorme quantité d’argent qu’ils ont pu passer au-dessus n’a jamais été gagnée uniquement par le travail de leur corps physique. Il y a quelqu’un qui a commencé à travailler, il a fait un tout petit chenal de transfert de quelque chose au-dessus, il s’est adjoint un ouvrier, un million d’ouvriers, i lest devenu politicien, il a écrémé, la fait des opérations industrielles internationale etc. et il est devenu milliardaire au-dessus. Ce sont des milliers et même des millions de personnes qui ont travaillé à constituer son capital au-dessus, et tout cela est prou l’argent.

 

Mais quand vous examinez comment se constitue un capital énergétique au-dessus du mal, vous voyez que l’extraction d’une énergie hors de la mort, ce n’est pas extrêmement facile. Si votre mental n’a fait une gestion que sur votre corps, vous n’aurez que quelques petites gouttes de rien du tout qui seront passées au-dessus. Si par contre, vous avez pendant de nombreuses années aidés beaucoup d’êtres à mieux gérer leur véhicule, vous en retirez une expérience qui vous donne une possibilité d’avoir quelques configurations qui sont passées au-dessus. Ces gestions sont de toutes sortes. Il y a des gens qui font du théâtre, d’autres de grands spectacles, des accouchements, d’autres encore qui soient les malades, font de la politique, ou transforment les autres. Il faut choisir de faire ce qui est le plus dans vos capacités, dans votre efficacité, dans votre spécialité et vos qualifications. Il faut savoir pourquoi on est fait.

 

Mais ce n’est pas parce qu’on tente l’expérience qu’on la réussit. Il y a des tas de gens qui ont essayé d’avoir un public, de passer ce circuit à travers un grand public, et ils sont exécutés, morts ou ils se sont suicidés. Néanmoins, une entité qui tente le jeu possède déjà une certaine force d’âme. La difficulté, une fois qu’on a commencé le processus, c’est arriver au bout, parce qu’il y a  beaucoup de gens qui ont eu une vie publique et qui sot morts assez jeunes. Je ne vous en fais pas une liste, mais il y en a eu beaucoup.

 

La nature étant ce qu’elle est, les racines, les tiges, les fleurs, les feuilles et les fruits, tout cela demande du temps pour se développer. Il y a des choses qu’on ne récolte qu’à partir de la cinquantaine. Et quand on meurt jeune, la fleur meurt avant de porter fruit, c'est-à-dire qu’il y en a d’autres qui profitent de la récolte, et ce ne sont pas forcément des circuits du dessus. Si vous voulez sortir votre mort de sous le mal, il faut que vous fassiez le trou par le dessus, dans la frontière du mal. Il faut que vous laissiez ouvert le passage pour pouvoir ressortir du dessous, puisqu’il s’est refermé au-dessus de votre tête lors de la naissance de votre corps formel au moment de cet accouchement dans la douleur qui vous a donné naissance. Il faut le rouvrir par le dessus, mais uniquement quand vous aurez suffisamment de concentration mentale et de puissance, attention, pas seulement du mental et de la puissance, mais à la fois du mental, de la bonté, de la beauté et de la puissance, quand vous aurez réuni tout cela, vous aurez la possibilité d’ouvrir dans le mal une porte qui soit fonctionnelle.

 


Vous pouvez reproduire ce texte à la condition d’en indiquer l’auteure et sa source : http://etredivinaufeminin.blogspot.fr/    

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire